samedi 16 mars 2013

Max - Sarah Cohen-Scali




~~~~~~~~
Max 
Sarah Cohen-Scali
~~~~~~~~


"19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l'on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l'enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d'autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d'aimer. Heil Hitler !"

Max est le prototype parfait du programme "Lebensborn" initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale desitinée à régénérer l'Allemagne puis l'Europe occupée par le Reich. 


********


Max est un roman vraiment différent de ce que je peux avoir l'habitude de lire. Mais la Seconde Guerre mondiale est un sujet intarissable qui m’intéresse beaucoup. Malgré tout j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman. Le début est vraiment long à commencer et le type de narration est assez particulier. En effet, Max nous parle en "je" dès le début. Ainsi durant les premières pages c'est un fœtus qui nous parle. Il est même conscient lors de sa conception. C'est assez dérangeant, ça a quelque chose de malsain. Vu que cette lecture fait partie des nominés au prix Lycéen 2013 des Imaginales et que certains de mes amis ont vraiment aimé je me suis dit "Allez continue, persiste, lis au moins 100 pages et si ça te plait vraiment pas et bah tant pis !". J'ai continué, et je n'ai pas été déçue par ce que j'ai lu ensuite ! 

 Après environ quatre-vingt pages le rythme s'accentue vraiment et il devient presque difficile de reposer ce livre. On se rend également compte que toutes les explications du début étaient vraiment nécessaires pour pouvoir vraiment se rendre compte de ce qu'était le "Lebensborn" et afin de mieux comprendre la personnalité de Max. Ce roman regorge d'informations sur les projets qu'avait Hitler, sur la façon dont il les a mis en place. J'ai vraiment appris beaucoup de choses durant ma lecture et je me rends compte qu'en dehors des horreurs du front, dont on nous parle énormément en cours, il y avait également un grand nombre d'atrocités commises au sein même de la société allemande.

Sarah Cohen-Scali à également crée des personnages marquants. Elle ne les épargne pas, comme la guerre n'a pas épargnée ses participants. Elle n'épargne pas non plus ses lecteurs. Le langage est très souvent cru, vulgaire, ordurier... Et le roman contient des scènes plutôt choquantes. Mais toute cette "écriture franche" rend le roman encore plus marquant.

En bref, un roman passionnant, quelque peu dérangeant, marquant... C'est également une mine d'informations sur qui aimerait en savoir un peu plus sur ce qu'il se passait en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. A lire !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire